Deprecated: elementor/widgets/widgets_registered est obsolète depuis la version 3.5.0 ! Utilisez elementor/widgets/register à la place. in /home/pointss/2020/wp-includes/functions.php on line 5588

Deprecated: Elementor\Widgets_Manager::register_widget_type est obsolète depuis la version 3.5.0 ! Utilisez register à la place. in /home/pointss/2020/wp-includes/functions.php on line 5213

Yannick Jacquet
Mécaniques Discursives

Né à Genève en 1980, Yannick Jacquet vit et travaille à Bruxelles. Vidéaste et plasticien, il mène un travail où la création visuelle s’élabore toujours en dialogue avec l’espace, à partir des éléments structurels d’une architecture ou d’une partition musicale. Du spectaculaire à l’intime, son travail se déploie sous forme de performances audiovisuelles, d’installations et de scénographies souvent réalisées in-situ. L’entreprise s’enracine dans la notion de résilience ; un travail hanté par le discours sur la fin des temps. L’artiste n’en fait pas mystère. Il invoque des résonances avec le travail sur la mutation du vivant de la plasticienne belge Berlinde de Bruyckere, les visions stellaires du Japonais Ryoichi Kurokawa ou le rire grinçant de son compatriote suisse Jean Tinguely et ses machines autodestructrices réalisées dans les années 60.

Il est un des fondateurs du label Antivj dont les membres ont participé activement à l’essor de l’art numérique de 2000 à 2010. Ses régulières collaborations avec de nombreux artistes le mènent il y 4 ans au work in progress Mécaniques Discursives créé avec le graveur Fred Penelle, projet fréquemment exposé en Europe et en Asie… à découvrir dans le cadre de l’exposition Graphic waves.

« Tenant de l’installation, chaque exposition de Mécaniques Discursives met en place au mur une ribambelle de personnages et d’objets qui mélangent, joyeusement ou avec gravité, le temps, les époques, le dessin, la peinture, le noir, la couleur, les images anciennes et l’on en passe, pour raconter non pas une mais mille histoires enchevêtrées dans lesquelles chacun repérera les siennes au gré de se son imagination, de son vécu, de ses rêves ou de ses préoccupations ». (C.L. « La libre Belgique » 16.01/08).